Lundi 12 octobre 2020 à 14 h 30 – Le corps artificiel dans les arts du XIXe et XXe siècles

Conférencier : Nathalie LORAND


Historienne de l’art.

Maison du citoyen – Fontenay-sous-Bois

En 1817, E.T.A. Hoffmann publiait une nouvelle fantastique, L’Homme au sable, dans laquelle un jeune homme s’éprend d’Olympia qui se révèle être un automate. La nouvelle donne une formidable impulsion au thème du corps artificiel : poupées, automates, mannequins hantent dès lors l’imaginaire des écrivains et des artistes.
Peintres et sculpteurs s’emparent du motif, fascinés par ces corps qui donnent l’illusion de la figure humaine. Tandis que les mannequins de Giorgio de Chirico et de Man Ray se nourrissent de « L’inquiétante étrangeté » formulée par Freud au début au XXe siècle, ceux de George Grosz et de Raoul Haussmann témoignent d’une fascination pour les machines modernes et l’homme nouveau, comme le Robot que Fritz Lang met en scène dans son film Métropolis. D’autres comme Oskar Kokoschka et Hans Bellmer font de la poupée le support idéal de leurs fantasmes.

Laisser un commentaire